poussière


poussière

poussière [ pusjɛr ] n. f.
• 1549; posiere 1190; de l'a. fr. pous, du lat. pop. °pulvus, class. pulvis
1Terre desséchée réduite en particules très fines, très légères; mélange pulvérulent de corpuscules assez ténus pour pouvoir se maintenir en suspension dans l'air. vx poudre. Poussière fine. La poussière des routes, des chemins. Faire de la poussière. « On soulève, en marchant, une épaisse poussière blanchâtre qui prend à la gorge » (A. Gide). Nuage, tourbillon de poussière. « Je l'ai vu, tout couvert de sang et de poussière » (P. Corneille). Ces particules qui se déposent. Poussière d'un appartement, sur les meubles, le plancher ( mouton) , les livres. Couche de poussière. Ces rideaux sont un vrai nid à poussière. Ôter, enlever la poussière avec un plumeau, un balai, un aspirateur. balayer, dépoussiérer, épousseter, essuyer. Pas un grain de poussière. Chiffon à poussière. Sac à poussière de l'aspirateur. Pop. Faire la poussière, les poussières : épousseter.
Loc. Réduire en poussière : pulvériser; fig. anéantir, détruire. Tomber en poussière : se désagréger. ⇒ brésiller. Mordre la poussière. La poussière, signe de l'état d'abandon d'une chose. La poussière des bibliothèques; du passé.
Par ext. Littér. Les restes matériels de l'homme, après la mort. cendres, débris, dépouille, restes. « Ont-ils rendu l'esprit, ce n'est plus que poussière » (Malherbe).
Une poussière : un grain de poussière. Avoir une poussière dans l'œil. Fig. et fam. Une chose infime, un rien. Cela m'a coûté deux cents francs et des poussières, et un peu plus. ⇒ broutille.
Une poussière de : un grand nombre, une multiplicité (d'éléments). La voie lactée est une poussière d'étoiles. Archipel formé d'une poussière d'îles.
2Matière réduite en fines particules ( poudre); ces particules. La fine poussière de froment. Poussière de charbon. poussier. Poussières volcaniques. Les poussières qui polluent l'atmosphère des villes. Poussières radioactives. Zool. Poudre fine recouvrant l'aile des papillons. Astron. Poussière cosmique (matière très diluée qu'on trouve dans l'espace galactique), interplanétaire, interstellaire.

poussière nom féminin (ancien français pous, du latin populaire pulvus, du latin classique pulvis, -eris) Terre sèche réduite en particules très fines et très légères : Le vent soulève des tourbillons de poussière. Particules très fines qui se détachent de matériaux divers sous l'effet de chocs ou de déflagrations : Poussières industrielles. (Les poussières produites dans diverses industries peuvent provoquer un certain nombre de maladies, le plus souvent reconnues comme maladies professionnelles [conioses et pneumoconioses].) Particules diverses qui s'accumulent sur les objets, et constituent un élément de saleté : Essuyer la poussière. Très petite particule de matière : Avoir une poussière dans l'œil. Un très grand nombre de choses dispersées : Une poussière de petits États constituait l'Allemagne du XVIIe s. Symbole littéraire de la fragilité de la vie : L'homme n'est que poussière.poussière (citations) nom féminin (ancien français pous, du latin populaire pulvus, du latin classique pulvis, -eris) Paul Claudel Villeneuve-sur-Fère, Aisne, 1868-Paris 1955 L'œil doit se garer de la poussière, et le pied au contraire ne pas la craindre. Journal Gallimard Eugène Grindel, dit Paul Eluard Saint-Denis 1895-Charenton-le-Pont 1952 L'espoir ne fait pas de poussière. Poésie ininterrompue, Ailleurs, ici, partout Gallimard François Mauriac Bordeaux 1885-Paris 1970 Académie française, 1933 La poussière n'est pas encore le néant : elle aussi doit être dispersée. Journal Grasset Louis Antoine Léon Saint-Just Decize 1767-Paris 1794 Je méprise cette poussière qui me compose et qui vous parle ; on pourra la persécuter et faire mourir cette poussière ! Mais je défie qu'on m'arrache cette vie indépendante que je me suis donnée dans les siècles et dans les cieux. Fragments sur les institutions républicainespoussière (expressions) nom féminin (ancien français pous, du latin populaire pulvus, du latin classique pulvis, -eris) Coup de poussière, explosion d'une suspension de fines particules de charbon et d'air, susceptible d'être déclenchée par un coup de grisou préalable et de se propager dans les galeries de mines de charbon. Familier. Et des poussières, et un peu plus (se dit notamment d'unités qui s'ajoutent à un chiffre rond). Poussière interstellaire, composante solide de la matière interstellaire, formée de grains microscopiques (de l'ordre de 0,1 μm). Réduire en poussière, détruire, anéantir. Tomber en poussière, être très abîmé au point de se désagréger. ● poussière (synonymes) nom féminin (ancien français pous, du latin populaire pulvus, du latin classique pulvis, -eris) Symbole littéraire de la fragilité de la vie
Synonymes :
- misère
- vétille

poussière
n. f.
rI./r
d1./d Terre réduite en poudre très fine; mélange de matières pulvérulentes entraîné par l'air en mouvement et qui se dépose sur les objets.
Fig. Mordre la poussière: être jeté à terre dans un combat; fig. subir un échec, une défaite.
|| Grain de poussière. Avoir une poussière dans l'oeil.
(Belgique) Prendre, ramasser les poussières: épousseter.
|| Loc. fig., Fam. Et des poussières...: et une quantité, une somme négligeable. Trois millions et des poussières.
d2./d Matière réduite en particules fines et légères. Poussière d'or.
rII./r Fig. Ce qui est en nombre infini, comme les grains de poussière. La Voie lactée est une poussière d'étoiles.

⇒POUSSIÈRE, subst. fém.
A. —1. Au sing.
a) Mélange de particules solides, de nature très diverse, extrêmement ténues et légères, qui se maintiennent en suspension dans l'air ou qui se déposent sous forme d'une pellicule poudreuse. Il est vrai que la petite sera beaucoup mieux à respirer l'air d'ici que la poussière du boulevard Raspail, dit, avec un peu de hâte, Paleyzieux (DANIEL-ROPS, Mort, 1934, p.391). Il reprit sa marche en traînant les pieds; la poussière blanchissait ses souliers (SARTRE, Mort ds âme, 1949, p.116). V. désherbé rem. b s.v. désherber ex. de Malègue:
1. La lourde chaleur d'une fin de journée d'été tombait sur la route d'où s'élevait, bien qu'aucune brise ne soufflât, une poussière blanche, crayeuse, opaque, suffocante et chaude, qui se collait sur la peau moite, emplissait les yeux, entrait dans les poumons.
MAUPASS., Contes et nouv., t.1, En fam., 1881, p.338.
SYNT. a) Poussière blonde, noire; poussière âcre, aveuglante; poussière légère, lourde. b) Poussière de l'asphalte, de la chaussée, de la route, des rues; couleur de poussière; bouffée, colonne, nuage, tourbillon de poussière; chemin plein de poussière; chaleur et poussière. c) Être blanc, gris, noir de poussière; être couvert de poussière; avaler de la poussière; se rouler, traîner dans la poussière; soulever la poussière; poussière qui pénètre partout, poussière qui vole.
P. méton., au plur., rare, littér. Nuages de poussière. Au moindre coup de vent, de grandes poussières s'envolaient, couvrant les talus et les haies de leur cendre (ZOLA, Terre, 1887, p.290). À travers les poussières que ce vent furieux soulevait, là-bas, par-dessus les abîmes où gît la plaine de Sparte, nous découvrîmes des crêtes puissantes et nombreuses qui pointaient dans le ciel (BARRÈS, Voy. Sparte, 1906, p.181).
Loc. verb.
Littér. Mordre la poussière. Tomber à terre dans une lutte; p.méton., périr dans un combat. Il lève sa lance, elle pousse son javelot, et fait mordre la poussière au musulman qui tombe sur le sable, victime de son zèle (COTTIN, Mathilde, t.1, 1805, p.289). Plût aux Dieux qu'aux plaines troyennes La lance lycienne, ô père, T'eût fait mordre la poussière! (CLAUDEL, Choéphores, 1920, p.925).
Au fig. Subir un échec humiliant, essuyer une défaite désastreuse. Garantir au peuple français quelques-uns des droits qu'il ne peut perdre sans se déchirer le sein par la guerre civile, ou sans mordre la poussière comme les esclaves (STAËL, Consid. Révol. fr., t.2, 1817, p.402). Si les 106 députés socialistes (...) avaient voté contre lui (...) Edgar Faure, réduit à 295 suffrages, aurait mordu la poussière (L'Humanité, 19 janv. 1952, p.1, col. 4):
2. La glorieuse journée du 10 août 1792 peut être décisive pour le triomphe de la liberté, si vous savez profiter de vos avantages. Un grand nombre des satellites du despote a mordu la poussière, vos implacables ennemis paraissent consternés...
MARAT, Pamphlets, Aux Fr. patriotes, 1792, p.298.
Au fig., vieilli
Baiser la poussière des pas/des pieds de qqn. Manifester à quelqu'un une grande dévotion, l'idolâtrer. Sois mon appui, mon guide, et souffre qu'en tous lieux, De tes pas adorés je baise la poussière (LAMART., Médit., 1820, p.166). Je ne puis que me traîner à vos pieds, en baiser la poussière (A. DUMAS père, Angèle, 1834, V, 3, p.194).
Se couvrir/être couvert d'une noble poussière. Participer/avoir participé à de nombreux combats. (Ds Ac. 1798-1878, LITTRÉ, Lar. 19e).
Jeter de la poussière aux yeux de qqn. Chercher à éblouir quelqu'un. Synon. jeter de la poudre aux yeux de qqn (v. poudre A 1). (Ds LITTRÉ, GUÉRIN 1892).
[P. allus. au passage du Nouveau Testament où Jésus, donnant ses instructions aux douze apôtres, formule le conseil suivant: Lorsqu'on ne vous recevra pas et qu'on n'écoutera pas vos paroles, sortez de cette maison ou de cette ville et secouez la poussière de vos pieds (Matth. X-14)] Secouer la poussière de ses pieds, de ses sandales, de ses souliers. S'éloigner à jamais d'un endroit (où l'on a été mal reçu); p.ext., renoncer définitivement à quelque chose. Je secouai la poussière de mes souliers sur le seuil de la vieille Sorbonne (A. FRANCE, Vie fleur, 1922, p.415):
3. Si le maître refusoit ces hôtes du Seigneur [des pèlerins], ils faisoient un profond salut, se retiroient en silence, reprenoient leurs besaces et leurs bâtons, et secouant la poussière de leurs sandales, s'en alloient, à travers la nuit, chercher la cabane du laboureur.
CHATEAUBR., Génie, t.2, 1803, p.399.
b) Ensemble de particules très fines, de matières diverses, qui s'accumulent à la surface des objets dans les endroits clos. Poussière fine, impalpable; poussière d'un appartement, d'une bibliothèque, d'un plancher; nid à poussière; dossiers, livres pleins de poussière; enlever, essuyer, ôter la poussière d'un meuble; chiffon, torchon à poussière; faire la poussière (fam.). Jacquotte était une infatigable plieuse de linge, par caractère frotteuse de meubles, amoureuse d'une propreté tout ecclésiastique (...). Ennemie de la poussière, elle époussetait, lavait, blanchissait sans cesse (BALZAC, Méd. camp., 1833, p.32). Par un geste, qui lui était habituel, elle passa la main sur les meubles pour y chercher de la poussière. —C'est propre, dit-elle à Renée qui rougissait (DABIT, Hôtel Nord, 1929, p.64).
Faire de la poussière. Soulever de la poussière. Il se met à balayer, mais il n'est guère adroit. Mais ne faites donc pas tant de poussière! (BALZAC, Corresp., 1819, p.30). Tandis que le jeune Auguste, ravi de tomber dans ce remue-ménage, furetait, disparaissait derrière la montagne de cartons, au milieu de laquelle Delestang semblait se retrancher. Ce dernier faisait beaucoup de poussière, en jetant de haut les journaux de la bibliothèque (ZOLA, E. Rougon, 1876, p.49). Vous faites de la poussière dans la chambre, je vas vous épousseter (HUYSMANS, Soeurs Vatard, 1879, p.157).
Au fig., péj., vieilli. S'agiter beaucoup pour se faire remarquer, se comporter avec ostentation. C'est M. Frément, qui, depuis qu'il a été à Paris, fait un embarras!... une poussière!... cela fait pitié! (KOCK, Âne M. Martin, 1862, p.26):
4. Que de gens j'ai vu faire de la poussière, qui voudraient bien à présent être aussi avancés que moi! Dame! Je ne brille pas, non plus; je ne cherche pas à m'en faire accroire: je vais tout doucement, et je n'ai pas de plus grand plaisir que quand je vois tomber ceux qui voulaient courir plus vite que moi.
LECLERCQ, Prov. dram., Mariage manqué, 1835, II, p.62.
2. Au sing. ou au plur. Particule extrêmement fine et légère (de terre desséchée ou, p.ext., de matières diverses); grain de poussière. Avoir une poussière dans l'oeil; poussières qui dansent dans un rayon de soleil. Une glace nettoyée de ses poussières (BOURGET, Essais psychol., 1883, p.31). Elles dépensent de l'amour à poursuivre la moindre poussière dans les recoins des immenses corridors, et ne posent le balai que pour saisir la bêche et le râteau (BARRÈS, Colline insp., 1913, p.132). Il détourna la tête, donna, comme pour en chasser quelque poussière, une chiquenaude à ses longues moustaches de chanvre rouillé (DUHAMEL, Désert Bièvres, 1937, p.66).
B.P. anal.
1. Au sing. ou au plur. (gén. suivi d'un compl. déterm. ou d'un adj.)
a) ) (Substance pulvérulente composée de) minuscules débris résultant de l'effritement d'un matériau solide. Synon. poussier (v. ce mot I A). Poussières minérales; poussières nocives, toxiques; poussière de bois, de craie, de froment, de mica, d'or, de quartz; mastic desséché en poussière; à l'état de poussière (infra ex. 5). Une ouvrière, au visage tout noirci par la poussière de fer (GONCOURT, Journal, 1893, p.412). La chaux en poussière envahit les meubles, les vêtements, le linge, poudra les têtes et les mains, brûla les yeux (BLOY, Femme pauvre, 1897, p.233). Au seuil elle secoua ses jambes, elle avait de la poussière de foin plein sur elle (GIONO, Gd troupeau, 1931, p.47).
Poussière de charbon. Charbon réduit, au cours de l'abattage et des manipulations, en débris pulvérulents d'une extrême ténuité. Synon. poussier (v. ce mot I B 1). La poussière de charbon se collait en masque noir sur le visage suant des hommes oppressés par les aspirations brûlantes devant le foyer rouge (HAMP, Marée, 1908, p.50). La nécessité de saupoudrer de poussière de charbon le moule avant le coulage de la fonte, et ensuite l'objet qui vient d'être coulé, plonge à chaque instant ces ouvriers dans un nuage de poussière charbonneuse (MACAIGNE, Précis hyg., 1911, p.310).
Coup de poussière(s). Déflagration provoquée dans une galerie de mine par l'inflammation spontanée de la poussière de charbon en suspension dans l'air. Synon. coup de poussier. [Des] essais (...) ont mis en lumière l'influence remarquable des coudes pour arrêter un coup de poussières [dans une galerie de mine] (VENNIN, CHESNEAU, Poudres et explosifs, 1914, p.557). V. poussier I A 1 ex. de Quillet.
Poussière volcanique. (Amas de) particules émises par un volcan au cours d'une éruption, pouvant demeurer en suspension dans l'atmosphère pendant de longues périodes et être transportées par le vent sur diverses parties du globe terrestre (d'apr. VILLEN. 1974). Le puy de la Vache à l'horizon, dont le cratère s'échancre, tout déchiré, tout rouge de poussière volcanique! (BOURGET, Disciple, 1889, p.103):
5. Des scories à l'état de poussière, telles que de la pouzzolane pulvérisée et des cendres grisâtres aussi fines que la plus fine fécule, se tenaient en suspension au milieu de leurs épaisses volutes (...). Après l'éruption de 1783, en Islande, pendant plus d'une année, l'atmosphère fut ainsi chargée de poussières volcaniques que les rayons du soleil perçaient à peine.
VERNE, Île myst., 1874, p.591.
Loc. verb.
S'envoler, partir, tomber en poussière. [Le suj. désigne un matériau solide] Se désagréger. L'émiettement s'achevait, les plafonds eux-mêmes devaient s'écrouler et s'envoler en poussière, ainsi qu'une construction barbare et vermoulue, emportée par le vent (ZOLA, Bonh. dames, 1883, p.734). Ces plantes s'étaient séchées. Leurs feuilles recroquevillées craquaient sous les doigts et tombaient en poussière (BOSCO, Mas Théot., 1945, p.39). Il est des vases, des monnaies et des tissus qui, déjà désagrégés par le temps, tombent en poussière au premier souffle d'air qui les effleure (L'Hist. et ses méth., 1961, p.266).
Au fig. Ces illusions ont été grossières; mais qui ne les a eues? Elles ont été brisées; qui n'a vu de même tomber les siennes en poussière? (SAND, Lettres voy., 1834, p.114). Toutes les explications qu'il nous a données durant un grand nombre d'années tombent en poussière (MAETERL., Trésor humbles, 1896, p.125).
Mettre, réduire qqc. en poussière. Réduire quelque chose en minuscules fragments. Synon. désagréger, pulvériser. Nous allions vers la guerre, qui devait mettre en poussière mon mur paysan, le village, et tant d'autres choses (ALAIN, Propos, 1922, p.375). Les faïences sont fabriquées avec de l'argile plastique et du quartz réduit en poussière impalpable (BOURDE, Trav. publ., 1928, p.144). Les fèves [de cacao] sont (...) réduites en poussière (BRUNERIE, Industr. alim., 1949, p.37).
) Poussière (d'eau). Nuée de fines gouttelettes provenant d'une chute ou d'un tourbillon d'eau. Cette cascade qui tombe, et qui, en tombant rejaillit en poussière, le bruissement de cette eau (...) firent sur moi une telle impression que je détournai les yeux (A. DUMAS père, Angèle, 1834, II, 5, p.145). L'eau de la cascade, émiettée, pulvérisée par sa chute, arrivait en pluie torrentielle, en masse échevelée et furieuse (...). Une fine poussière d'eau était répandue comme un voile sur toute cette nature (LOTI, Mariage, 1882, p.141). La pluie tombe, ou plutôt c'est de la poussière d'eau que le vent émiette des lourds nuages (BOURGET, Ét. angl., 1888, p.67).
b) Au sing. ou au plur. Matière composée de corpuscules lui conférant généralement un aspect pulvérulent.
) Au sing. Poussière (fécondante). Pollen. Au défaut des zéphirs, plus inconstants que les ondes, les insectes ailés, et surtout les mouches garnies de poils, se chargent de cette poussière fécondante en picorant les glandes nectarées des fleurs mâles, et vont la déposer au loin, au sein des fleurs femelles (BERN. DE ST-P., Harm. nat., 1814, p.74). Chacune [des étamines] se compose d'un filet ou tige et d'une anthère, au sommet, où est contenue la poussière vivante, le pollen (PESQUIDOUX, Livre raison, 1925, p.84):
6. ... un faux-ébénier, vêtu de grappes jaunes, éparpillait au vent sa fine poussière, une fumée d'or qui sentait le miel et qui portait, pareille aux poudres caressantes des parfumeurs, sa semence embaumée à travers l'espace.
MAUPASS., Contes et nouv., t.2, Fils, 1882, p.315.
) ASTRON., au sing. ou au plur. Poussière cosmique, interplanétaire, interstellaire. Matière interstellaire ou interplanétaire composée de minsucules particules. La condensation ultérieure de poussières cosmiques disséminées dans l'espace suffit donc amplement, elle aussi, à la création de nouveaux mondes (FLAMMARION, Astron. pop., 1880, p.392). Les poussières interstellaires peuvent être non seulement absorbantes mais diffusantes (SCHATZMAN, Astrophys., 1963, p.117).
) ENTOMOL. Pellicule poudreuse qui recouvre les ailes d'un papillon. Une idée ressemble à un papillon dont les ailes sont diaprées de mille couleurs, tandis que la poussière des ailes se compose de petits grains imperceptibles (VIGNY, Journal poète, 1856, p.1328). Sans aller jusqu'à s'écrier avec le dithyrambique Diderot que, pour écrire sur elles [les femmes], il faut tremper sa plume dans les couleurs de l'arc-en-ciel et jeter sur son papier la poussière des ailes du papillon (SAINTE-BEUVE, Port-Royal, t.5, 1859, p.339). Les magnifiques dessins qui ornent les ailes des Lépidoptères résultent de l'assemblage de petites palettes microscopiques, les écailles. C'est la poussière colorée qui colle aux doigts lorsqu'on saisit sans précaution les ailes d'un Papillon (G. MATHOT, Les Papillons, Paris, P.U.F., 1976, p.35).
2. [P. allus. à la Bible, en partic. Gen. III-19: C'est à la sueur de ton visage que tu mangeras du pain, jusqu'à ce que tu retournes dans la terre, d'où tu as été pris; car tu es poussière, et tu retourneras dans la poussière] Ce qui reste du corps humain après la mort; débris humains mêlés à la terre dans laquelle ils reposent. Un monsieur devait lui envoyer de «la pâte des martyrs», mélange de cire pascale et de poussière humaine prise aux catacombes, et qui s'emploie dans les cas désespérés (FLAUB., Bouvard, t.2, 1880, p.138). Ses pierres tombales, sous lesquelles la noble poussière des abbés de Combray, enterrés là, faisait au choeur comme un pavage spirituel (PROUST, Swann, 1913, p.59). Que reste-t-il de Marie? Cette fois encore, je compris que pour elle, sa petite Marie était cette poussière, ces ossements (MAURIAC, Noeud vip., 1932, p.194).
Être réduit en poussière; retourner, tomber en poussière. Disparaître. Vous voyez un homme qui est sur le point d'être réduit en poussière. L'heure de mon heureux sommeil est arrivée (CHATEAUBR., Martyrs, t.2, 1810, p.126). Les morts durent bien peu. Laissons-les sous la pierre! Hélas! Dans le cercueil ils tombent en poussière moins vite qu'en nos coeurs! (HUGO, Feuilles automne, 1831, p.730). Depuis le temps que l'homme vit de la terre, s'y couche pour dormir ou pour pleurer, jusqu'à ce qu'il s'y abîme et retourne en poussière, la nature est devenue humaine (MAURIAC, Journal 1, 1934, p.21).
P. ext. Réduire en poussière. Détruire entièrement. Synon. anéantir. Tous ces couples [de forces], agissant sur tous les éléments d'un fil conducteur parcouru par un courant et soumis à l'action d'un autre courant ou de la terre, devraient immédiatement briser le fil et le réduire en poussière (H. POINCARÉ, Électr. et opt., 1901, p.275).
Au fig. [La science actuelle] réduit homme et humanisme en poussière (DAVID, Cybern., 1965, p.20).
C.Au fig.
1. [P. réf. à la ténuité ou à la multiplicité des particules composant la poussière]
a) Une poussière de. Un très grand nombre de (petits éléments éparpillés). Poussière de cellules, d'étoiles. Les maisons (...) s'éparpillaient ensuite en une poussière de cheminées indistinctes (ZOLA, Bonh. dames, 1883, p.763). Ces surfaces terrestres [les îles du Pacifique] vont s'émiettant, se dispersant en une poussière d'îles dont les marins se racontaient, du temps de Marco Polo, «qu'il y en avait 12.700, toutes habitées sans compter celles qu'on ne sait pas» (VIDAL DE LA BL., Princ. géogr. hum., 1921, p.126). Voici une industrie formée d'une grande firme et d'une poussière de petites firmes qui appliquent le prix imposé par la grande (Univers écon. et soc., 1960, p.4-9).
b) Chose sans importance. Une poussière, un rien, de la couleur sur de la toile, une simple apparence qui rompait tout leur bonheur (ZOLA, L'OEuvre, 1886, p.266). On pouvait espérer que les peintres et sculpteurs qui ont signé cet étrange papier tiendraient à prouver par leurs oeuvres que tout ce qui les a précédés, depuis Thomas Couture, n'était que poussière à côté d'eux (LHOTE, Peint. d'abord, 1942, p.165).
Loc. fam. [En parlant de ce qui peut se comptabiliser, en partic. d'une somme d'argent ou de l'âge de qqn] Et des poussières. Et un peu plus. Il a quarante ans et des poussières. 33 briques et des poussières (ESN. 1966).
2. Littér. [P. réf. au processus de dégradation, de déssèchement, à l'idée de souillure qu'implique la poussière]
a) Usure (due au temps écoulé); résultat de cette action. La poussière des ans, près du plafond, ternit Un chérubin ouvrant six ailes de granit (HUGO, Fin Satan, 1885, p.862). Cheveux gris, poussière du temps (RENARD, Journal, 1901, p.666). En feuilletant ces gros livres on sent certaine vie renaître de la poussière des siècles (GUÉHENNO, Journal «Révol.», 1937, p.61).
b) État d'abandon (d'un lieu), état de léthargie (d'une institution). Poussière des bibliothèques, des écoles. Longtemps ensevelis [les décrets] dans la poussière du greffe, il y seraient toujours restés, s'ils n'en avaient été tirés par l'administration municipale (MARAT, Pamphlets, Appel à la Nation, 1790, p.151). La poussière des anciennes institutions à moitié démolies (TOCQUEVILLE, Anc. Rég. et Révol., 1856, p.66). Les écrits des philosophes, des orateurs, des jurisconsultes et des poètes anciens furent tirés de la poussière des cloîtres (A. FRANCE, Révolte anges, 1914, p.238).
c) Manque d'éclat, impureté (de quelque chose). J'ai voyagé, j'ai poli mes manières, j'ai secoué la poussière d'une éducation mesquine pour m'en faire une plus conforme à un homme du monde (LECLERCQ, Prov. dram., Espr. désordre, 1835, IV, p.255). Pour retremper leurs esprits, pour les laver de la poussière du siècle, selon un usage constant à l'issue de ces grandes crises, il leur ordonne, en juillet 1850, d'aller faire une retraite à la chartreuse de Bosserville (BARRÈS, Colline insp., 1913, p.103). Dès l'aube, j'étais dans l'eau, une eau fraîche et transparente où je m'enfouissais, où je m'épuisais en des mouvements désordonnés pour me laver de toutes les ombres, de toutes les poussières de Paris (SAGAN, Bonjour tristesse, 1954, p.15).
d) Condition inférieure, misérable (d'une personne), médiocrité (d'une existence). Il faut être sorti de la poussière pour ne pas respecter de longs souvenirs, surtout quand le malheur les consacre (STAËL, Consid. Révol. fr., t.1, 1817, p.406). Voyez cet homme: il est né par hasard, par malheur, dans un taudis, dans un bouge, dans un antre, on ne sait où, on ne sait de qui. Il est sorti de la poussière pour tomber dans la boue. Il n'a eu de père et de mère que juste ce qu'il en faut pour naître (HUGO, Nap. le Pt, 1852, p.190). Brotonneau: (...) Il y a vingt ans que nous sommes mariés. Thérèse: Oui... Vingt ans de médiocrité, de poussière, d'humiliation. Toi, tu n'en souffrais pas (FLERS, CAILLAVET, M. Brotonneau, 1914, I, 16, p.10).
(Faire) sortir, tirer qqn de la poussière. Tirer quelqu'un d'une condition misérable. Idéaliste, comme on l'est après dîner, il aimait, à la façon de Dieu le père, à faire de temps en temps sortir de la poussière quelque pauvre bougre, afin que se manifestât la grandeur de son pouvoir (ROLLAND, J.-Chr., Amies, 1910, p.1091).
REM. Anti-poussière, subst. fém. Quant aux services collectifs, en plus des panneaux correspondants —télésignalisation et téléimpression des demandes émises depuis les studios —ils comprendront: une surveillance vol-incendie pour chaque studio, un dispositif anti-poussière et anti-noyade à la piscine (Le Point, 27 août 1979, p.49, col. 3).
Prononc. et Orth.:[]. Ac. 1694 et 1718: -ssiere; dep. 1740: -ssière. Étymol. et Hist. A. 1. Fin XIIes. «terre desséchée, réduite à l'état de fines particules» (Sermons St Bernard, 31, 16 ds T.-L.); 2. fin XIIIes. possere «restes matériels de l'homme après la mort» (Dialogue âme et raison, XXXIII, 7, ibid.); 3. 1563 reduire en poussière (B. PALISSY, Récepte, p.46); 4. av. 1628 mordre la poussière «être vaincu» (MALHERBE, II, 6 ds LITTRÉ); 5. 1628 jeter de la poussière aux yeux «éblouir par de beaux discours» (PARÉ, OEuvres, éd. J. F. Malgaigne, t.3, p.71); 1790 fig. faire de la poussière «s'agiter pour attirer l'attention» (JEAN DE DOMFRONT, Je peux bien foutre mon avis..., p.13); 6. a) 1671 «chose insignifiante, rien» (Mme DE SÉVIGNÉ, Lettres, éd. M. Monmerqué, t.2, p.359); b) 1835 «argent, monnaie» (ds ESN.); 1938 et des poussières... «et un peu plus d'argent» (ibid.); 1939 id. «et un peu plus de temps» (ibid.); 7. 1770 «signe des années écoulées» (RAYNAL, Hist. phil., XIX ds LITTRÉ). B. 1. a) 1574 «toute matière réduite à l'état de fines particules» (GARNIER, Cornélie, éd. W. Foerster, I, p.139); b) 1611 poussière de charbon (COTGR.); 1890 les accidents de grisou et de poussières (F. LAUR, Les Mines et usines en 1889, p.73); 1911 coup de poussière (Lar. mens., p.261c); 2. 1762 «pollen» (Ac.); 1765 poussière fécondante «id.» (Encyclop.); 3. 1878 poussières atmosphériques (Lar. 19e Suppl.); 1880 poussières cosmiques (FLAMMARION, loc. cit.); 1903 poussières microbiennes (Nouv. Lar. ill.). Mot rare et prob. région. (Lorraine, Hainaut, Wallonie, Franche-Comté) av. le XVIes., dér. de l'a. fr. pous «même sens», du lat. pop. pulvus, pulvera (v. poudre). Pous a donné poussière par l'intermédiaire de pousse «même sens», bien att. dans les dial. (v. GRANDG., JAUB., VAUTHERIN, J.-H. BONHÔTE, Gloss. neuchâtelois, Neuchâtel), car il n'est pas rare qu'un s de flexion soit interprété comme un s du rad. et forme la base de dér., cf. les dér. de Lorraine, Bourgogne, Champagne: pousset, poussot, poussier (v. K. JABERG, Mittelfranzösische Wortstudien ds Sache, Ort und Wort, pp.281-288, 293-299. V. aussi P. LEBEL, Notes étymol. ds Fr. mod. t.10, p.285 à 293). Fréq. abs. littér.:4393. Fréq. rel. littér.:XIXes.: a) 5681, b) 7716; XXes.: a) 6834, b) 5590. Bbg. CHAUTARD Vie étrange Argot 1931, p.426. — QUEM. DDL t.4, 15, 16.

poussière [pusjɛʀ] n. f.
ÉTYM. 1549; posiere, 1190; de l'anc. franç. pous, attesté dans certains dial., du lat. pop. pulvus, class. pulvis.
1 Terre desséchée réduite à l'état de particules très fines et très légères, et, par ext., mélange pulvérulent de particules solides (grains) assez ténues pour pouvoir se maintenir en suspension dans l'air. Poudre (1., vx). || Poussière fine, impalpable (→ Fond, cit. 5); fine poussière. || La poussière des routes, des chemins (→ Fonds, cit. 1; gris, cit. 7). || La poussière des villes provient surtout des fumées (résidus de combustion, cendres, suies…). || Appareil servant à mesurer la quantité de poussière contenue dans l'air. Aéroscope.Foule (cit. 7), troupe, troupeau, soulevant la poussière dans sa marche (→ 1. Caravane, cit. 2; fantasia, cit. 1 et 2). || Poussière soulevée par le vent (→ Limpidité, cit. 3). || Faire voler la poussière (→ Cabale, cit. 4); faire de la poussière (→ Foule, cit. 1; genre, cit. 45). || Flot, nuage, tourbillon de poussière (→ Engouffrer, cit. 3; haut, cit. 89; malle, cit. 6). || « Je l'ai vu, tout couvert (cit. 42) de sang et de poussière » (Corneille). || Gris (cit. 8), blanc, jaune… de poussière (→ Camion, cit. 2; couvrir, cit. 16). Poussiéreux. || Avaler de la poussière (→ Gratter, cit. 16). || Poussière aveuglante (→ Mouton, cit. 22). || Atmosphère (cit. 7) Saturée de poussière. || Rues pleines de poussière (→ Fuir, cit. 36). || Traîner, se rouler, se tordre… dans la poussière (→ Fakir, cit. 1; fuir, cit. 4). || Le front dans la poussière (→ Croix, cit. 19).Grain de poussière (→ Épousseter, cit. 2; ordre, cit. 17).Poussière d'un appartement, sur les meubles, le plancher… (→ Dévastation, cit. 3; épousseter, cit. 3). || Chatons (→ 2. Chaton, cit. 3) de poussière. Mouton.Ôter, enlever la poussière avec un balai, un chiffon, un plumeau. Balayer, dépoussiérer, essuyer. || Pelle à poussière. Ordure(s). || Fille (cit. 42) de salle qui soulève la poussière sous prétexte de balayer. || Aspirateur à poussières. || Housses (cit. 4) qui protègent les meubles de la poussière. || La poussière des bibliothèques, des livres, des dossiers… (→ Demeure, cit. 13). || La poussière des bureaux (→ Employé, cit. 3).
1 Cette chambre n'était pas de celles que harcèlent le houssoir, la tête de loup et le balai. La poussière y était tranquille.
Hugo, les Misérables, V, VIII, I.
2 Excusez, vous vous êtes empli de poussière, continua le directeur en replaçant l'objet sur une planche. Vous comprenez, s'il fallait épousseter tous les jours, on n'en finirait plus (…)
Zola, Nana, IX.
2.1 La pluie, pulvérisée par l'ouragan, s'enlevait comme un brouillard liquide (…) Le sable, soulevé par le vent, se mêlait aux averses et en rendait l'assaut insoutenable. Il y avait dans l'air autant de poussière minérale que de poussière aqueuse.
J. Verne, l'Île mystérieuse, t. I, p. 78.
3 On soulève, en marchant, une épaisse poussière blanchâtre qui prend à la gorge et fait venir les larmes aux yeux.
Gide, Journal, 3 mars 1943.
3.1 La tragédienne saisit adroitement les livres pour les remettre en place; mais, parvenue devant la bibliothèque, elle aperçut une épaisse couche de poussière répandue sur la planche dégarnie. Alignant provisoirement son fardeau sur un fauteuil, elle se mit en devoir d'épousseter avec son mouchoir (…)
Raymond Roussel, Impressions d'Afrique, p. 306.
Loc. Réduire en poussière : pulvériser. Effriter. Fig. Anéantir, détruire.Tomber en poussière : se désagréger.Fig. Être en décadence (cit. 4).
Mordre la poussière. || Baiser la poussière des pieds, des pas de qqn. → Baiser les pieds, les pas de qqn.
Bibl. Secouer la poussière de ses pieds (de ses souliers, de ses sandales) : s'éloigner d'un lieu en se promettant de n'y pas revenir.
4 Lorsque quelqu'un ne voudra point vous recevoir, ni écouter vos paroles en sortant de cette maison ou de cette ville, secouez la poussière de vos pieds.
Bible (Sacy), Évangile selon saint Matthieu, X, 14.
5 Il a fait comme Dante et le prophète : il est sorti de la ville; il a pris la route de l'exil, secouant la poussière de ses sandales sur son peuple, et, d'abord, sur ses amis.
André Suarès, Trois hommes, « Ibsen », II.
La poussière, signe de l'état d'abandon ou d'oubli où tombent des choses, des lieux, des institutions Poussiéreux (4.). || La poussière du greffe, de l'école, des bibliothèques. || Les décombres et la poussière de la vieille monarchie (→ Écroulement, cit. 3). || La poussière du passé, des siècles.
Par ext. (Littér., par allus. à la Bible, qui fait naître le corps humain de la terre, de la poussière et retourner après la mort à la poussière; → Argile, 1. limon). Les restes matériels de l'homme, après la mort. Cendre(s), débris, dépouille(s), poudre (supra cit. 3), reste(s). || « Tes os dans le cercueil (cit. 2) vont tomber en poussière » (Musset) → aussi 3. Mort, cit. 7. || « Dormez (cit. 18) votre sommeil et demeurez dans votre poussière » (Bossuet). || Enseveli (cit. 6) et restitué à la poussière. || La poussière des rois dans leur tombeau (→ Étiqueter, cit. 1). || « Ont-ils rendu l'esprit (cit. 9), ce n'est plus que poussière » (Malherbe). || Un pauvre diable qui sera bientôt poussière (→ Image, cit. 15).La poussière de la tombe, du cercueil…
6 Qu'il dorme maintenant dans son lit de poussière !
On ne voit plus, autour de sa couche guerrière,
Vingt courtisans royaux épier son réveil (…)
Hugo, Odes et Ballades, II, IV, II.
7 Et toute cette multitude de ceux qui dorment dans la poussière de la terre se réveilleront, les uns pour la vie éternelle, les autres pour un opprobre éternel (…)
Bible (Sacy), Daniel, XII, 2.
7.1 Mais nous qui savons, comme le dit l'épître d'aujourd'hui, que « la nuit est avancée, que le jour approche », nous nous moquons bien de l'image qui pourra subsister de nous dans l'esprit des survivants, lorsque nous serons passé de l'Académie à la pourriture et de la pourriture à la poussière. Et ce ne sera pas la douce poussière qui flottait dans le soleil sur les routes d'autrefois, ni la poussière studieuse qui recouvre nos livres — mais celle qui attend la Résurrection dans les ténèbres, sous une pierre scellée.
F. Mauriac, le Nouveau Bloc-notes 1958-1960, p. 133.
7.2 Puis avec un peu de chance on tombe sur un véritable enterrement, avec des vivants en deuil et quelquefois une veuve qui veut se jeter dans la fosse, et presque toujours cette jolie histoire de poussière, quoique j'aie remarqué qu'il n'y a rien de moins poussiéreux que ces trous-là, c'est presque toujours de la terre bien grasse, et le défunt non plus n'a encore rien de spécialement pulvérulent, à moins d'être mort carbonisé. C'est joli quand même, cette petite comédie avec la poussière.
S. Beckett, Premier amour, p. 11.
Une, des poussières : un, des grains de poussière. || Avoir une poussière dans l'œil. || Il y a une poussière dans la pipette.Fig. Chose imperceptible, infime.Chose insignifiante, un rien.Fam. Cela m'a coûté mille francs et des poussières, et une petite somme en plus.
8 Je crois que vous vous moquez quand vous me parlez de mes libéralités présentes (…) quelle poussière au prix de ce que je voudrais faire !
Mme de Sévigné, 202, 13 sept. 1671.
Une poussière de… : un grand nombre, une multiplicité d'éléments. || Pays constitué par une poussière de petits États. || La voie lactée est une poussière d'étoiles.
2 Matière réduite à l'état de fines particules. Poudre (1.), pulvérulent. || Les clochettes de bruyère (cit. 1) s'effritent et tombent en poussière. || La fine poussière de froment (→ 1. Meule, cit. 2). || Réduire du papier, du bois, en cendres et en poussière (→ Brûler, cit. 7; ou, cit. 25). || Atelier de menuisier où vole une poussière blonde (→ Aigrette, cit. 5). || Poussière de charbon. Poussier (→ Dépôt, cit. 12; manufacture, cit. 2). || Poussières volcaniques.Les poussières en suspension dans l'atmosphère, poussières organiques (cit. 3), inorganiques, chimiques… (→ Génération, cit. 5). || Les poussières qui polluent l'atmosphère des villes. Pollution. || Les météorologistes appellent les poussières « boues atmosphériques ». || Pluies colorées par certaines poussières de l'air. || Captation des poussières nocives, toxiques dégagées par certaines industries ( Dépoussiérage). || Poussières radioactives. || Affections pulmonaires causées par l'inhalation des poussières. Pneumoconiose. || Effets lumineux dus à la présence des poussières dans l'air. Fumée, poudroiement (→ Étinceler, cit. 11; gris, cit. 1; impalpable, cit. 4).
9 La poussière rose couvrait ses mains, et, volant quelquefois jusqu'à son visage, saupoudrait ses joues et ses lèvres d'un léger fard, qui faisait paraître ses yeux plus bleus et plus resplendissants.
Lamartine, Graziella, III, X.
10 Le brassage incessant de particules d'origines très diverses aboutit à une dispersion et à un mélange tels qu'une poussière est un véritable complexe de toutes sortes de corps (…) Les poussières constituées d'une seule catégorie d'éléments (…) ne se rencontrent que dans des circonstances spéciales (…) Le plus souvent les poussières sont composées, en proportions très variables, de particules inertes et de particules vivantes.
André Assailly, les Poussières, p. 13.
3 Sc. Matière pulvérulente. || Poussière fécondante (cit. 2). Pollen (→ aussi Éparpiller, cit. 5). || Poussières odorantes (→ Dorer, cit. 3).Fine efflorescence à la surface de certains fruits. Pruine.Zool. Poudre fine recouvrant l'aile des papillons (→ Écaille, cit. 5).
Astron. || Poussière cosmique : matière interstellaire formée de très petites particules (moins de 1/100 de mm), contenant les éléments normaux de la croûte terrestre (d'abord observée sur la Terre). || Poussières interstellaires, milieu interstellaire galactique, formé de très petites particules absorbant et polarisant la lumière. || Absorption de la lumière par les poussières. || Poussières et gaz interstellaires.
4 Appos. ou adj. (1849). De la couleur (grise) de la poussière (1.). || Un pardessus gris poussière, couleur poussière.(1908). Rare. || Un costume poussière.
DÉR. Poussiéreux.
COMP. Dépoussiérer. — Cache-poussière, pare-poussière, ramasse-poussière.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Poussière — accumulée sur un dissipateur de processeur d ordinateur portable …   Wikipédia en Français

  • Poussiere — Poussière Poussière accumulée sur un ventirad de processeur …   Wikipédia en Français

  • poussiere — Poussiere. s. f. Poudre menüe. Faire eslever la poussiere en marchant. des meubles tout gastez par la poussiere. secoüer la poussiere d un habit. la poussiere penetre par tout. la poussiere entre dans les yeux, gaste les yeux. la pluye a abbatu… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Poussiere d'or — Poussière d or Poussière d or est le dixième et dernier tome de la série de bande dessinée Le Moine fou. Personnages He pao, le joyau du fleuve Petit Li Lok Maître Buchier Rachid Le Persan Les pirates Histoire et lieu He pao progresse dans son… …   Wikipédia en Français

  • Poussière d'or — est le dixième et dernier tome de la série de bande dessinée Le Moine fou. Personnages He pao, le joyau du fleuve Petit Li Lok Maître Buchier Rachid Le Persan Les pirates Histoire et lieu He pao progresse dans son art martial qui l a fait aller… …   Wikipédia en Français

  • poussière — (pou siè r ) s. f. 1°   Terre réduite en poudre très fine. •   Ils jetèrent de la poussière en l air pour la faire retomber sur leur tête, SACI Bible, Job, II, 12. •   [Le hibou] De ses ailes en l air secouant la poussière, BOILEAU Lutr. III.… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • POUSSIÈRE — s. f. Terre réduite en poudre très fine. Faire élever la poussière en marchant. La poussière vole partout, pénètre partout. Il fait beaucoup de poussière. Il s éleva des tourbillons de poussière. Un nuage de poussière leur dérobait la vue des… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • POUSSIÈRE — n. f. Particules très fines de terre ou de toute autre matière réduite en poudre. Le vent soulève la poussière. La poussière vole partout, pénètre partout. Il fait beaucoup de poussière. Il s’éleva des tourbillons de poussière. Un nuage de… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • poussière — nf. (sur les meubles) : paôfa nf. (Morzine), peufa (Albanais.001b, Annecy.003b, Balme Si.020b, Épagny), PEÛFA (001a,003a,020a, Reyvroz), peusha (Cordon.083b), possa (Arvillard), pufa (Thônes.004c), pussa (Chambéry.025b, Tarentaise), pweussa… …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • poussière — dulkė statusas T sritis radioelektronika atitikmenys: angl. dust vok. Staub, m rus. пыль, f pranc. poussière, f …   Radioelektronikos terminų žodynas


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.